VALLÉE DE LA CÈZE Une destination touristique qui n’a rien à envier à l’Ardèche ?

Les représentants des trois offices de tourisme, ainsi que les socio-professionnels du tourisme du territoire se sont réunis aux Terrasses du roc, à Saint-André-de-Roquepertuis. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Après des mois difficiles pour le tourisme, cet été se profile comme une saison record en France. Les offices de tourisme Provence Occitane, Cèze-Cévennes et de Méjannes-le-Clap ont tout logiquement saisi ce moment pour unir leurs forces et développer davantage la destination vallée de la Cèze. Un développement tourné vers le slow tourism et les activités de pleine nature.

Aller au-delà des frontières administratives et mutualiser les moyens et les actions“. C’est la volonté commune des trois offices de tourisme, réunis autour d’un dénominateur commun : la Cèze. Les trois structures ont décidé d’œuvrer ensemble pour promouvoir le territoire et attirer les visiteurs cet été. Car aux yeux des touristes, la zone à explorer ne s’arrête pas à la frontière d’une intercommunalité. Et ça, les offices l’ont bien compris.

Pour faire venir les visiteurs sur le territoire, ils ont décidé de miser sur un tourisme vert. “On a des sites exceptionnels comme les cascades du Sautadet, les grottes de la Salamandre ou de la Cocalière… On propose des activités tranquilles plutôt tournées slow tourism avec les visites de grottes, la randonnée sur les 500 km de sentiers et dans les sentiers d’interprétation, mais aussi des activités plus punchy avec du VTT, du canoë…“, indique Lesly Reynaud, directeur de l’office de tourisme Provence Occitane. Fier de la richesse du territoire, il affirme “que l’on n’a rien à envier à nos voisins ardéchois.

“Ce qui est plébiscité, ce sont les grands espaces, les hébergements de qualité et le bord de l’eau”

Et pourtant la vallée de la Cèze pâtit encore d’un manque de notoriété par rapport aux destinations touristiques environnantes. “La vallée de la Cèze a souvent été le déversoir de l’Ardèche quand il n’y avait plus de place là-bas. Mais avec le covid, les gens ne veulent plus être entassés. L’année dernière, en venant chez nous, ils ont apprécié ce coin de nature, ensoleillé, sans la cohue qu’il peut y avoir en Ardèche. On espère les fidéliser“, analyse Xavier Saudrais, gérant du camping des Drouilhèdes à Peyremale. L’année dernière, 94% des Français étaient restés dans l’Hexagone pour les vacances.

Ses espoirs sont donc en bonne voie pour se réaliser alors que les trois semaines de fin-juillet à début-août sont quasi complètes. Alors que l’année dernière, à cette période de l’année, il atteignait péniblement les 40% de remplissage. Dans les chambres d’hôtes, le phénomène d’engouement est encore plus palpable : “On a consulté les dernières études et observations nationales : la saison touristique 2021 devrait surpasser de 10% celle de 2019. Un Français sur deux compte partir en vacances et la durée moyenne de séjour a augmenté passant de 10 à 12 jours“, contextualise Xavier Borg, directeur de l’office de tourisme Cèze-Cévennes.

Il poursuit : “Ce qui est plébiscité, ce sont les grands espaces, les hébergements de qualité et le bord de l’eau. Notre territoire répond parfaitement à ces critères.” L’autre atout de la destination France, c’est que le test PCR négatif à fournir au départ et au retour est gratuit, contrairement à d’autres pays où cela peut excéder les 100 €.

Créer des expériences authentiques et présenter les produits locaux

Avec 26 500 lits touristiques disponibles (8% des lits gardois), le territoire offre donc une fenêtre de tir pour les touristes en quête d’une destination verte et riche en patrimoine. Du côté des socio-professionnels du territoire, on mise sur des expériences authentiques, parfois originales. À la grotte de la Salamandre, vous pouvez vous balader en VTT électrique sur le plateau de Méjannes-le-Clap ou descendre en rappel dans la cavité, à la Cocalière, vous pouvez tester la spéléologie ou bien passer une nuit insolite au cœur de la grotte mise en lumière et en musique.

Les producteurs locaux n’hésitent pas non plus à ouvrir leurs portes pour proposer un moment immersif au visiteur : “Quand les gens viennent au caveau, ils s’intéressent et sont intéressants. Le touriste apporte une vraie valeur ajoutée et une relation se crée avec lui“, indique Jérémie Castor, vigneron et président de l’office de tourisme Provence Occitane.

Pour faire connaître le territoire, les trois structures comptent faire venir des blogueurs, influenceurs et journalistes afin qu’ils partagent leur expérience avec leur communauté. L’OT Provence Occitane a également lancé un jeu concours avec le site géo.fr et diffusé pendant une semaine un spot publicitaire de dix secondes sur la destination, comme séjour cadeau pour les candidats de “Questions pour un champion”.

Développer le tourisme, oui, mais pas à n’importe quel prix. Abdelhak Maatoug, directeur de la station touristique de Méjannes-le-Clap, rappelle que la vallée de la Cèze est en partie “un espace naturel sensible” et “a un double objectif de préservation des milieux et de valoriser en créant les conditions d’accueil.” En plus de créer une image de pôle nature et sportif, une première étude d’opportunité a été menée avec des étudiants en Master de l’université d’Avignon pour créer un équipement d’interprétation en lien avec le milieu karstique de Méjannes. Cela pourrait être l’un des projets structurants pour les prochaines années. Tout comme celui de structure autour de la pratique du vélo (dont on vous parlera plus amplement dans un prochain article).

Marie Meunier

Cet article VALLÉE DE LA CÈZE Une destination touristique qui n’a rien à envier à l’Ardèche ? est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author