TOROS Saint-Gilles dévoile les cartels de sa feria de la Pêche et de l’Abricot

Un paseo à Saint-Gilles (Photo Ville de Saint-Gilles).

Les affiches de la prochaine feria de la Pêche et de l’Abricot sont maintenant connues. Les cartels, bien sûr, mais aussi l’artiste qui illustrera la feria qui se déroulera les 21 et 22 août prochains.

D’un côté, la Ville, de l’autre, l’empresa. Parfois le boulot engagé par les uns n’est pas suivi par les autres. À Saint-Gilles et pour le grand retour des toros aux arènes Émile Bilhau, Ville et empresa peuvent être satisfaits de leur travail mutuel. Une réception était donc organisée dans les arènes, sur la piste, pour dévoiler les cartels et l’affiche de cette prochaine feria.

Les élus, empresa et lauréats du concours d’affiche (Photo Anthony Maurin).

Benjamin Guidi, adjoint aux animations de la Ville et président de la commission taurine, est quant à lui un élu ravi. “C’est un plaisir de se retrouver pour marquer le retour des bonnes choses, ici, au coeur de nos arènes et après un travail important. Les toros vont revenir à Saint-Gilles grâce au bon travail de Pierre-Henry Callet et de Julien Miletto qui sont à la tête des arènes depuis 2014. Ils ont replacé Saint-Gilles à un niveau intéressant avec de belles corridas et de belles présentations. Chaque année les cartels sont mieux que l’année précédente… C’est encore le cas !

Bien avant le début de la présentation (Photo Anthony Maurin).

Soyons en assurés, à Saint-Gilles, il va y avoir des toros. Mais commençons par le commencement, la novillada du 21 août. Après avoir rendu hommage à l’élu passionné Benjamin Guidi, Julien Miletto attaque. “C’est une novillada de Pierre-Henry Callet, de chez Malaga donc. J’assume totalement ce choix, c’est le mien mais c’est la plus belle novillada qu’il aura lidié. Je le savais en pourparlers avec Nîmes pour lidier cette course en septembre mais comme les discussions traînaient… On l’aura à Sain-Gilles !” Une très belle course, de têtes et de corps, de jeu et d’esprit.

(Photo Anthony Maurin).

Le chef de lidia de cette novillada d’ouverture sera le Biterrois Carlos Olsina, un jeune que l’on connaît bien dans le coin, un gars sérieux apodéré par un ancien picador. Le numéro deux sera le Nîmois Solalito. Il a débuté dans la catégorie au pire moment, en 2019 et a donc vécu une première saison quasi blanche. Il a lancé sa temporada 2021 à Mugron la semaine passée par un petit triomphe. Enfin, Christian Parejo est lui aussi bien connu de l’aficion locale car élève à Béziers et apodéré par Thomas Cerqueira. Dimanche dernier à Istres il a été blessé au péroné mais sera largement remis pour défiler à Saint-Gilles. Petite nouvelle, à l’issue de cette novillada sera remis le prix de la chaquetilla d’or, un trophée que Groupama organise ! Après le Gland d’Or, il fallait équilibrer avec la tauromachie espagnole, olé !

L’affiche, sur la gauche, est signée Pierre Cobrier, connu et reconnu ! (Photo Anthony Maurin).

Gros morceau, la corrida du 22 août. Mais avant cela, la finale du bolsin de Nîmes Métropole. Gaël Dupret, maire de Sernhac mais aussi élu aux traditions à Nîmes métropole revient sur la question. “La finale du bolsin aura bien lieu à Saint-Gilles mais les quatre étapes de sélection se feront en juillet et en août dans quatre villages de l’agglo.

Allez, la corrida tant attendue. C’est Pierre-Henry Callet qui la présente en tendant un masque noir haut dans le ciel, “Ce masque noir, c’est un symbole, c’est l’oreille du triomphe de Saint-Gilles ! Après l’excellent cartel de cette novillada, passons au plat de résistance. On a l’habitude de vous présenter des nouveautés comme les Mollalta ou des valeurs sûres comme les Fuente Ymbro, il en va de même avec les maestros.” Et c’est vrai.

Julien Miletto (Photo Anthony Maurin).

Alors, une fois est presque toujours coutume, Julien Miletto et Pierre-Henry Callet ont décidé de faire un peu différemment. “On a écouté l’aficion. Je suis éleveur de Domecq, je défends cet encaste car je sais qu’on peut faire du Domecq qui bouge, qui pique, alors nous avons choisi la ganaderia de Jose Cruz, qui a une petite ancienneté à Madrid et qui vient de triompher en novillada à Mugron. On surfe sur la vague.” Mais face à eux, il faudra mettre du lourd. Sans parler de protectionnisme imbécile, Saint-Gilles choisit de faire confiance aux maestros français.

Cet élevage de Salamanque est peu connu dans nos régions lointaines. Créé il y a moins de dix ans par José Cruz avec une souche de chez Daniel Ruiz (via Jandilla), c ‘est son enfant Rafael qui prend la relève après le décès du père quelques mois seulement après la création de la ganaderia. C’est surtout du côté du sud-ouest et de Dax que ces novillos aiment se rendre. C’est aussi là qu’ils triomphent en permettant de faire triompher les piétons.

Pour les affronter, on a décidé un cartel inédit avec Juan Leal et El Rafi. Juan Leal a déjà triomphé ici en 2014 avec Sébastien Castella. Juan Leal est le torero français qui prétend être le numéro 1 des toreros français mais nous voulions lui trouver un challenger et c’est fait avec El Rafi qui a pris son alternative et l’a confirmée… C’est un mano a mano plein de promesses !” conclut Pierre-Henry Callet en ajoutant que le prix des places était maintenu et que l’entrée générale de la novillada baissait de cinq euros passant de 30 euros à 25.

Cet article TOROS Saint-Gilles dévoile les cartels de sa feria de la Pêche et de l’Abricot est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author