NÎMES Vente et projets hôteliers pour l’Hôtel de la CCI

Le Conseil municipal Nîmes du 6 novembre 2021 (Photo Anthony Maurin).

En 2024 deux projets hôteliers ambitieux prendront la place de l’actuel Hôtel de la Chambre de Commerce et d’Industrie situé rue de la République, au dos du Musée de la Romanité et à deux pas du futur Palais des Congrès.

La Ville de Nîmes (et plus globalement l’agglomération et ses environs) est une destination touristique qui accueille chaque année plus de deux millions de visiteurs (chiffre 2019) originaires majoritairement de l’Europe.

L’arrivée prochaine d’un Palais des Congrès (avec une capacité de la salle plénière d’environ 700 places) devrait aussi booster la présence des clientèles d’affaires. Le dynamisme de la ville, l’attractivité touristique, l’existence de nombreux projets et en particulier celui du Palais des Congrès amènent la ville à souhaiter l’implantation d’un nouvel établissement hôtelier sur son territoire.

A proximité du futur équipement, la Ville a identifié un foncier dont elle est propriétaire (ancien siège de la CCI dont une partie inscrite sur la liste des Monuments Historiques) sur lequel un projet d’établissement hôtelier pourrait être envisagé.

Ainsi, un appel à projet a été initié par la Ville de Nîmes, qui a proposé à la vente au prix de 5,9 millions d’euros l’ensemble immobilier composé de deux immeubles, sis 8, 10 et 12, rue de la République. Les contenances cadastrales respectives sont de 2 287m² et de 865m² environ soit un tènement global de 3 152m² environ de surface au sol.

Deux projets hôteliers verront le jour

La Ville a souhaité donc se voir proposer des projets hôteliers ambitieux et qualitatifs, respectant l’harmonie architecturale du centre-ville et permettant de créer un ensemble cohérent avec les grands projets à proximité à savoir, le Musée déjà existant, son jardin et le futur Palais des Congrès. Le projet, situé à proximité du Musée de la Romanité et du futur Palais des Congrès, devra participer également à la redynamisation économique et au développement du quartier.

Les deux bâtiments blancs sont concernés par la vente. Nous sommes ici dans les jardins du Musée de la Romanité (Photo Archives Anthony Maurin).

La réflexion a été axée sur la préservation et la mise en valeur de l’Hôtel consulaire, classé Monument historique, à travers l’exploitation de ses espaces de réception en services ouverts à la clientèle des deux hôtels, mais également aux différents publics à Nîmes (restaurant, bar à cocktails, spa, espace séminaires). En tout, ce sont 3 150 m² qui vont être entièrement réaménagés. La Ville propose ainsi une réponse hôtelière de qualité à la hausse de fréquentation touristique attendue en 2025 avec l’arrivée du Palais des Congrès et de sa salle plénière de 700 places.

Ainsi, c’est le projet du Groupe Sowell et du cabinet Art Tech, présenté par offre en date du 21 mai 2021 qui a été retenu. Il propose la réalisation de deux établissements, un cinq étoiles dans l’hôtel consulaire et un quatre étoiles Life Style dans le bâtiment République. La réflexion a été axée sur la présentation et la mise en valeur de l’Hôtel consulaire et l’exploitation de ses espaces de réception en services (restaurant, bar à cocktails, spa, espace séminaires) ouverts à la clientèle des deux hôtels, mais également aux différents publics à Nîmes.

(Photo Archives Anthony Maurin).

Une candidature sera déposée auprès du Groupe Relais et Châteaux pour la mise en place d’une franchise sur l’établissement cinq étoiles. La création d’un produit Life Style, établissement quatre étoiles, correspondant à la tendance du marché est imaginée sur le bâtiment République. L’intégration de ces espaces à la dynamique culturelle et touristique du centre-ville est l’un des objectifs de la conception du projet, en prévoyant notamment d’accueillir des expositions dans la cour d’honneur de l’hôtel consulaire, et d’intégrer les deux hôtels dans le parcours de découverte de la Ville.

Un petit bénéfice financier pour la Ville

Les grandes lignes architecturales et urbaines de ce projet sont : d’investir le bâtiment historique de l’Hôtel consulaire avec toutes les précautions patrimoniales qui s’imposent, de donner vie au passage vers le jardin du musée depuis la rue de la République, de créer une extension du bâtiment République et donc une nouvelle façade au jardin archéologique du musée, d’organiser les deux édifices de façon à dynamiser l’ensemble du quartier.

L’offre financière du Groupe Sowell s’élève à 5,9 millions d’euros (la Ville avait acheté l’Hôtel pour 5,2 millions d’euros). L’offre fait état d’un partenariat entre le Groupe Sowell et la Caisse des Dépôts et Consignations, par le biais de la banque des territoires pour l’acquisition de cet ensemble.

La signature d’un compromis, dont les conditions suspensives sont d’une part l’obtention des deux permis de construire purgés de tout recours, d’autre part la libération de l’ensemble des bâtiments de toute occupation, devra intervenir dans les plus brefs délais. Un dépôt de garantie de 5 % du montant de la vente sera versé lors de la signature du compromis de vente.

L’intérieur de la CCI (Photo Archives Anthony Maurin).

La vente s’opèrera potentiellement en deux pour des questions de calendrier opérationnel, le compromis en prévoira les modalités. Il est également nécessaire d’approuver le principe de la désaffectation de l’hôtel consulaire dans un délai que fixera le compromis et de son déclassement aux fins de céder.

Un accord est intervenu entre la Commune de Nîmes et la Foncière Soleil Invest, représentée par Monsieur Jean-Paul Schaeffer par une offre faite en date du 15 octobre dernier, offre appuyée par la Banque des Territoires. L’avis de la Direction Départementale des Finances Publiques, France Domaine a été rendu le 11 décembre 2020. Tous les frais relatifs à cette transaction sont à la charge de l’acquéreur.

Arguments et inquiétudes

Pour Julien Plantier, premier adjoint à la Ville « Celle délibération revêt un caractère spécial. Un projet hôtelier va profiter de l’implantation du Palais des Congrès. L’offre de Sowell et du cabinet Art Tech montrera toute l’attractivité de l’offre nîmoise, nous pouvons être rassurés par la sérénité financière de cette candidature. »

(Photo Archives Anthony Maurin).

« C’est remarquable ce qu’ils ont fait à Carcasonne, ça va changer le quartier, ça va faire un pôle important pour la Ville de Nîmes c’est une bonne chose pour tous. On ne pourra plus passer sous la Porte de France, tout va changer. Ce quartier est appelé à renaître mais La Placette restera La Placette, je souhaite que ce quartier reste comme il est » avoue le maire Jean-Paul Fournier.

Pour Thierry Jacob du RN, « Il faudra nettoyer le terrain qui connaît de nombreux trafics de drogue et des problèmes de sécurité. » De son côté, Vincent Bouget, de l’opposition de gauche, pointe un risque sous-estimé. « Ce grand quartier qu’est La Placette est touché par le Musée de la Romanité. Le Vaisseau y apporte une vie mais sera bientôt transformé. Ce quartier populaire, vivant et mixte en centre-ville pourrait être trop attractif et cela ferait monter les prix du foncier. La conséquence serait le départ des habitants qui n’auraient plus les moyens d’y habiter. C’est bien d’avoir des touristes aisés mais il faut que les Nîmois puissent vivre en centre-ville aussi ! »

Cet article NÎMES Vente et projets hôteliers pour l’Hôtel de la CCI est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author