NÎMES Prison ferme et mandat de dépôt pour « le Lucky Luke des violences conjugales »

“Il va plus vite que la justice et il récidive dès qu’il a été sanctionné”, estime devant le tribunal correctionnel de Nîmes, le vice-procureur Willy Lubin. “C’est le Lucky Luke des violences conjugales. On a essayé avec lui la peine d’amende, le sursis, le sursis probatoire, mais rien ne fonctionne et il est encore devant vous aujourd’hui“, poursuit le représentant du parquet de Nîmes qui réclame la révocation d’un précédent sursis et le mandat de dépôt pour ce trentenaire. Un homme devant la justice la semaine dernière pour de nouvelles aventures pénales.

Condamné le 12 février dernier pour des violences à l’encontre de son ex, il est poursuivi ce coup-ci pour avoir menacé le 10 mars cette même ancienne petite amie. Il a crevé les pneus de son véhicule et l’a menacée de mort si elle ne lui présentait pas leur enfant commun. Il avait déjà l’interdiction de l’approcher. Une femme qui n’était pas à l’audience et qui était représentée par maître Julien Dumas Lairolle.

Un homme qui a écopé vendredi dernier de 16 mois de prison ferme, huit mois pour les faits de mars et huit mois supplémentaires de révocation d’un précédent sursis. Il est parti entre deux agents de la pénitentiaire à la prison de Nîmes puisque le tribunal a décerné un mandat de dépôt.

Cet article NÎMES Prison ferme et mandat de dépôt pour « le Lucky Luke des violences conjugales » est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author