NÎMES OLYMPIQUE Le match vu de Sochaux : des Lionceaux affamés proches du sommet

Sochaux n’a pas souvent réussi à Nîmes ces dernières saisons. © AZRIA JEAN CLAUDE/WORLDPICTURES/MAXPPP

Ce samedi à 15 heures au stade Auguste-Bonal, le Nîmes Olympique (17e, 14 pts) affronte le FC Sochaux-Montbéliard (2e, 28 pts) pour le compte de la 15e journée de Ligue 2. À la veille de ce match entre équipes aux dynamiques opposées, Objectif Gard fait le point sur les forces en présence au sein du club doubiste. 

Sochaux n’en finit pas de surprendre. Irrégulier depuis sa relégation de Ligue 1 en 2014, Sochaux n’a jamais été en mesure de jouer les premiers rôles. Alternant série sans défaite et passages sans succès, les Lionceaux ont réalisé leur meilleur exercice en 2020/2021 en terminant à une prometteuse 7e place. De quoi leur ouvrir l’appétit. « Entre les lignes, on comprend que l’objectif est de terminer dans le top 5, indique Jérome Flury, journaliste à l‘Est RépublicainLe coach Omar Daf fait un peu de langue de bois en disant simplement qu’il veut faire mieux que l’an dernier. » 

Il faut dire que le mercato sochalien a réservé plusieurs bonnes surprises. Côté départs d’abord, si Lasme, Bédia et Soumaré ont quitté le club, des joueurs annoncés partants comme l’excellent Weissbeck (10 buts et 6 passes décisives l’an dernier) ou le prometteur Virginius (18 ans) sont finalement restés. Côté arrivées, budget serré oblige, le FCSM a misé sur des prêts et des joueurs en fin de contrat. « Sept joueurs ont été recrutés et pratiquement tous se sont imposés dans l’effectif », souligne Jérôme Flury.

Sochaux invaincu à Bonal

« Sur le plan offensif, Do Couto et Mauricio montent en puissance petit à petit, poursuit-il. Il est vrai que l’équipe manque parfois d’efficacité en attaque (Sochaux n’a inscrit que 14 buts, seules quatre équipe ont fait pire, ndlr). Omar Daf s’appuie sur beaucoup de petits gabarits et peu de buts ont été inscrits sur coups de pied arrêtés. »

En défense, en revanche, rien ne passe. Leader dans ce domaine, les Lionceaux n’ont encaissé que sept buts depuis le début de saison. « Cette solidité tient à cœur à l’ancien arrière qu’est Omar Daf, appuie Jérome Flury. Les recrues Aaneba et Henry ont permis de gagner en assurance dans le secteur. L’an dernier, Sochaux a parfois craqué en étant devant au score. Il y a eu des progrès significatifs sur le plan mental. » 

Résultat, le FCSM n’a toujours pas perdu à Bonal – la seule défaite à domicile, contre le Havre était à l’occasion d’un match délocalisé en raison du changement de la pelouse sochalienne  – et caracole en seconde position au classement. Par deux fois, les Doubistes avaient même la possibilité de prendre le fauteuil de leader à Toulouse mais ont raté le coche en concédant des nuls contre Quevilly (1-1) et Nancy (0-0). Contre Nîmes ce samedi, les Lionceaux disposent d’une bonne occasion de relancer leur compteur victoire juste avant de se rendre dans la Ville rose.

Boris Boutet

Le joueur suivre : Aldo Kalulu

Formé à Lyon, Aldo Kalulu n’est pas parvenu à s’imposer en Ligue 1. C’est à Sochaux, dans la division inférieure, que l’attaquant de poche (1,66m) réussit sa première saison pleine en 2017/2018 (31 matches, 11 buts, 3 passes décisives). Un exercice satisfaisant qui lui a ouvert les portes des clubs étrangers de Bâle et Swansea. Trois saisons décevantes plus tard, Kalulu est de retour à Sochaux pour relancer sa carrière.

« On sent qu’il a faim de buts, note Jérôme Flury. Il en a déjà inscrit quatre mais il ne s’en satisfait pas. Très mobile, excellent dans la conservation dos au but, il est la pièce maîtresse de Sochaux sur le plan offensif cette saison et fait souvent briller ses coéquipiers. Il doit en revanche faire attention au piège du hors-jeu dans lequel il se fait trop souvent prendre. »

La stat : Sochaux bête noire des Crocos

Depuis leur descente en Ligue 2 en 2014, les Lionceaux font figure de véritable bête noire du Nîmes Olympique. En huit confrontations, les Crocos ne se sont imposés qu’une seule fois (2-1 aux Costières en 2015) pour cinq défaites et deux nuls. Pire, à Bonal, Nîmes n’a pris qu’un point sur 12 possibles et inscrit qu’un seul but en quatre rencontres. Les matches entre les deux équipes sont en général fermés : aucun d’entre eux n’a dépassé les trois buts inscrits.

Le 11 probable : Prévot – Henry, Aaneba, Pogba (ou Diedhiou), Ndour – Thioun, Ndiaye (ou Lopy) – Mauricio, Weissbeck, Do Couto – Kalulu.

 

Cet article NÎMES OLYMPIQUE Le match vu de Sochaux : des Lionceaux affamés proches du sommet est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author