NÎMES OLYMPIQUE Arrivées, départs et opportunités : le point sur l’avenir du centre de formation

Sur le départ, Christophe Chaintreuil garde un œil bienveillant sur ses anciens protégés. (photo Norman Jardin)

Alors que les professionnels reprennent l’entraînement ce lundi, l’avenir du centre de formation non agréé du Nîmes Olympique n’est pas encore bien défini. Objectif Gard fait le point sur les perspectives qui s’offrent aux Crocodilets. 

On pouvait s’attendre à un exode. Il devrait bien avoir lieu. Parmi les meilleurs espoirs du centre de formation du Nîmes Olympique, plusieurs y voient déjà plus clair sur leur avenir. “Beaucoup sont sollicités mais les clubs attendent le 30 juin et la résiliation officielle des contrats pour les enrôler“, avance Christophe Chaintreuil, le désormais ex-directeur du centre de formation du Nîmes Olympique. Arrivé il y a moins d’un an en provenance de Marignane-Gignac, le milieu offensif Rayan Touzghar, né en 2003, n’a pas attendu cette date pour rejoindre le Toulouse Football Club. Une formation où Ruben Marti était à l’essai ces dernières semaines. L’attaquant qui aura 18 ans à la fin du mois avait inscrit 19 buts en 16 rencontres avec les U17 du N.O en 2019/2020 mais n’a pas complètement convaincu le TFC de lui proposer un contrat. Son avenir s’inscrit toujours en suspens.

C’est plus limpide en revanche pour le gardien Tom Négrel, 18 ans, et l’attaquant Jessy Breslau, majeur en août, attendus du côté de Lille. Plus jeune encore, le milieu de terrain défensif Islam Halifa, 16 ans, devrait rejoindre l’Olympique Lyonnais. Le défenseur central de l’équipe de France U16, Tom Akpakoun, est lui aussi très sollicité mais n’a pas encore arrêté définitivement sa décision. “Il a le choix du roi”, commente Christophe Chaintreuil. Enfin, le milieu de terrain Pierre Mbemba et le gardien Cédric Boustouler, 17 ans tous les deux, sont également très demandés et semblent sur le départ.

Chadli hésite toujours

D’autres en revanche pourraient rester. C’est le cas des milieux Enzo Philibert et Léon Delpech. “Ce sont deux joueurs nés en 2002 qui ont des profils intéressants, note Christophe Chaintreuil. Ils n’ont pas trouvé de club pour rebondir et pourraient rester avec l’espoir de toucher au groupe professionnel.” Ce sera aussi l’objectif du meneur de jeu Marc Jourdan, 19 ans. Les dirigeants du centre de formation avaient inscrit son nom parmi les jeunes pouvant potentiellement prétendre à un contrat professionnel, mais il n’a reçu aucune proposition.

Sur cette liste, quatre autres jeunes l’accompagnaient : le gardien Amjhad Nazih, le défenseur Adilson Malanda et les offensifs Nassim Chadli et Mahamadou Doucouré. “Pour les verrouiller, le Nîmes Olympique devait formuler son intention par lettre recommandée avant le 30 avril, ce qu’il n’a pas fait, indique Christophe Chaintreuil. Résultat, ils ont tous leur destin entre leurs mains.” Si Doucouré et Malanda ont respectivement signé pro pour trois et deux ans à Nîmes et Rodez, l’avenir des deux autres est plus incertain. Sans doute plus encore pour Nassim Chadli pour qui les propositions ne manquent pas.

Des opportunités malgré tout pour le centre de formation

Si la perte de l’agrément ne joue pas en faveur du Nîmes Olympique, le club pourrait malgré tout tirer son épingle du jeu à l’intersaison. “En ce moment, dans tous les clubs, il y a beaucoup de casse dans les centres de formation, explique l’ex-directeur de celui du N.O. C’est une année compliquée pour tout le monde : partout on essaye de réduire la voilure. Il y a forcément d’excellents joueurs qui vont se retrouver sans club et pour qui le Nîmes Olympique sera attractif. D’autant plus pour ceux de 19-20 ans qui peuvent espérer toucher au groupe professionnel.”

“Avec une équipe professionnelle en Ligue 2, une réserve en N3 et des équipes de jeunes en U17 et U19 nationaux, il y a de quoi attirer de bons profils, poursuit-il. La difficulté sera de garder les meilleurs la saison suivante. Mais le club a toujours la possibilité d’offrir un contrat professionnel très tôt à ceux qu’il veut absolument verrouiller.” 

Adil Hermach débarque dans l’organigramme

Si l’avenir ne semble finalement pas complètement sombre pour les Crocodilets, Christophe Chaintreuil, au même titre que Gilles Salou – qui s’occupait des U17 depuis 2018 – ont fait le choix de quitter le navire. “Ce n’est pas l’idée que je me fais du fonctionnement que doit avoir un club professionnel, justifie l’ex-directeur qui n’a pas encore trouvé de point de chute. Sans certitude de pouvoir accompagner les jeunes jusqu’au bout, je ne me voyais pas m’inscrire dans ce projet.” 

D’autres cependant pourraient poursuivre l’aventure. “Aux dernières nouvelles Yannick Dumas, Salim Fiorentino et Toifilou Maoulida étaient chauds pour continuer, indique Christophe Chaintreuil. À voir comment tout cela va s’organiser. Ce qui est certain, c’est que les parents ont été un peu rassurés que l’hébergement puisse être assuré à d’Alzon. Cela va permettre à certains jeunes de rester dans le circuit.”

En 2015, Adil Hermach est revenu au Nîmes Olympique, le club de sa ville où il a été formé (Photo via MaxPPP)

Pour remplacer les partants, le Nîmes Olympique devrait enregistrer deux arrivées. Parmi elles, l’ancien footballeur professionnel Adil Hermach, formé au NO, occupera une place importante dans le nouvel organigramme. Selon nos informations, la seconde recrue pourrait être le très expérimenté Marc Collat, passé notamment par Reims, Clermont, Créteil, la réserve du PSG et la sélection nationale d’Haïti.

Alors que Yannick Liron et l’association du Nîmes Olympique tentent ce qu’ils peuvent pour que le centre de formation soit à nouveau agréé au plus vite, les hommes de terrain se préparent à démarrer une nouvelle saison. Avec les moyens du bord.

Boris Boutet

Cet article NÎMES OLYMPIQUE Arrivées, départs et opportunités : le point sur l’avenir du centre de formation est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author