FAIT DU SOIR Un roman graphique et une exposition autour du peintre Albert André

La sortie du roman graphique est accompagnée d’une exposition au musée d’Art sacré de Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

C’est l’histoire d’un peintre postimpressionniste majeur de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe, un peintre aussi méconnu du grand public qu’il était aimé et respecté des plus grands, comme Auguste Renoir. 

Ce peintre, c’est Albert André, Lyonnais de naissance installé plus tard à Laudun-l’Ardoise, conservateur du musée de Bagnols qui porte aujourd’hui son nom, où il créera la première collection d’art moderne de province. Un précurseur auquel le dessinateur bagnolais Jean-Noël Criton et la directrice de la Conservation départementale et spécialiste d’Albert André Béatrice Roche consacrent aujourd’hui un roman graphique de 85 pages et une exposition événement au Musée laïque d’art sacré de Pont-Saint-Esprit. 

L’idée vient de Jean-Noël Criton. « Je me suis lancé en 2018 dans des recherches sur Albert André, au départ je voulais savoir pourquoi il n’avait pas eu la notoriété qu’il aurait dû », raconte le dessinateur. De fil en aiguille, il monte un projet qu’il propose à l’occasion d’un appel à projet de la Région. Il n’est pas retenu, mais qu’à cela ne tienne : l’idée plaît à la directrice de la Conservation départementale Béatrice Roche, qui rentre dans le projet. 

Un projet qui devient plus ambitieux. « J’ai d’abord demandé à Jean-Noël Criton de travailler sur un film d’animation à l’occasion du 150e anniversaire d’Albert André (en 2019, ndlr), explique-t-elle. Ensuite, avec la pandémie, l’annulation de plusieurs expositions, nous avons pu dégager les financements nécessaires pour le roman graphique. » Le travail commence alors réellement, et il va durer un an, de novembre 2020 à novembre 2021, « un temps assez court pour un roman graphique », commente la conservatrice, scénariste du projet. 

Le dessinateur et la conservatrice ont travaillé de concert durant un an pour aboutir à « un roman historique basé sur des faits réels », insiste Béatrice Roche. L’histoire démarre par l’incendie du musée de Bagnols en 1924, incendie provoqué par… les pompiers qui fêtent la Sainte-Barbe au premier étage de l’hôtel de ville. Une partie de la collection du musée part en fumée, et Albert André en profite pour en constituer une nouvelle en faisant jouer son carnet d’adresses. Voilà comment Bonnard, Marquet ou encore Signac feront leur entrée au musée. 

Des flashbacks retracent la vie du peintre de son arrivée à Paris en 1889, à 20 ans, jusqu’à son décès à Laudun-l’Ardoise en 1954. « Nous voulions raconter sa vie, la vie parisienne, les guerres, l’amitié avec Renoir, Monet, qui le reconnaissaient comme un bon peintre et un excellent portraitiste », explique Jean-Noël Criton. On croise également au fil des pages Toulouse-Lautrec, Valtat et Maleck, peintre qui deviendra ensuite sa femme, le tout « dans des tons sépia, de photos anciennes, au feutre à alcool utilisé pour les mangas », précise le dessinateur.

La sortie du roman graphique est accompagnée d’une exposition au musée d’Art sacré de Pont-Saint-Esprit (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le roman graphique est rythmé de dialogues parfois repris directement des écrits du peintre, et agrémenté d’anecdotes aussi vraies que savoureuses, comme lorsqu’en 1917, le boucher de Bagnols, conseiller municipal, propose à Albert André de devenir conservateur. Le peintre acceptera, notamment pour continuer à se fournir en andouillettes… « Le scénario s’appuie notamment sur l’histoire manuscrite de Jacqueline Bret-André (la fille adoptive du peintre, ndlr), écrite en 1980, qui est pleine d’anecdotes », précise Béatrice Roche. 

L’exposition qui accompagne la sortie du livre retrace quant à elle les différentes étapes de la création de l’ouvrage, du premier synopsis aux derniers essais de colorisation, en passant par le crayonné et la mise en page. On y retrouve aussi certains des plus beaux tableaux d’Albert André, à voir jusqu’au 6 mars prochain au musée laïque d’Art sacré de Pont-Saint-Esprit. 

Le roman graphique « Albert André, une vie à l’œuvre », édité par le Conseil départemental, est en vente au prix de 25 euros aux musées Albert-André de Bagnols et laïque d’Art sacré de Pont-Saint-Esprit, à la librairie du Chant de la terre à Pont-Saint-Esprit et à la librairie Occitane de Bagnols. Il est également disponible par correspondance en contactant le musée : musee@gard.fr. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Cet article FAIT DU SOIR Un roman graphique et une exposition autour du peintre Albert André est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author