FAIT DU SOIR L’Abbaye Saint-André a besoin de mécènes pour sa restauration

Pour clôturer le financement du chantier, une campagne de mécénat a été lancée. Objectif : 120 000€. (Marie Meunier / Objectif Gard)

À Villeneuve-lès-Avignon, chaque année 30 000 visiteurs découvrent l’abbaye bénédictine de Saint-André, née au Xe siècle, et son jardin remarquable de deux hectares perchés sur le mont Andaon. Le site constitue une part entière de l’histoire et du patrimoine villeneuvois. Partiellement détruite durant la Révolution, l’abbaye a retrouvé de sa superbe grâce à l’artiste-mécène Gustave Fayet, un ami de Gauguin.

Depuis 2013, Gustave et Marie Viennet, ses arrière-petits-enfants ont repris le flambeau et oeuvrent chaque jour à métamorphoser le lieu, classé aux Monuments historiques depuis 1947. Chaque génération a mis sa pierre à l’édifice. Aujourd’hui, les dépositaires se lancent à nouveau dans de grands travaux. Les 560 m2 de toitures et la charpente du palais abbatial vont être entièrement restaurés. Ne pouvant attendre la fermeture annuelle, le chantier de sauvetage a démarré en septembre. Plusieurs poutres se sont brisées et ont dû être étayées en urgence, un décollement de la façade Est a aussi été observé. Le chantier devrait durer sept mois, jusqu’en avril 2022.

Il sera divisé en deux tranches pour un budget total de 480 000 €. Si 50% de la somme est financée par la DRAC Occitanie (Direction régionale des affaires culturelles), la Région apporte aussi 48 099€ (le maximum dans ce cas de figure, ndlr) et les propriétaires de l’abbaye mettent 15% en autofinancement. Il reste donc 120 000€ à trouver et pour cela, ces derniers ont choisi de lancer une campagne de mécénat.

Des visites de chantier gratuites les samedis matin

La Fondation du patrimoine et la société Émile Garcin se sont déjà engagées à verser 15 000 € chacune. En plus de bénéficier d’un avantage fiscal, les entreprises donatrices toucheront aussi des contreparties en nature (amélioration de l’image, prêt de salles…). Mais en tant que particulier, vous pouvez vous aussi donner et obtenir un crédit d’impôt de 66% ainsi que de nombreux cadeaux. La municipalité villeneuvoise votera aussi au prochain conseil municipal une subvention exceptionnelle pour accompagner ce projet d’envergure, en plus de la subvention au titre des aides attribuées en secteur protégé.

Pour mieux se rendre compte de l’ampleur du projet de restauration mené à 20 mètres de haut, des réunions de chantier gratuites seront organisées les samedis 20 novembre et 4, 11 et 18 décembre, à 11h (sur réservation au 06 03 13 68 46). Ce qu’il faut savoir, c’est que la première tranche du chantier comprend des travaux d’urgence menés sur la charpente du palais abbatial. Viendront ensuite des reprises des couvertures pour stopper les fuites. Plusieurs entreprises d’Occitanie travaillent déjà sur le chantier. “Les plus gros désordres se trouvent sur des pannes en train de se fissurer et de se casser“, indique Aurélie Rouquette, architecte du patrimoine et maître d’oeuvre du chantier.

Le système de charpente va être modifié en ôtant les piliers installés XIXe siècle qui génèrent une surcharge. Surcharge qui provoque des désordres : fragilisation de l’édifice, des charpentes et fissures. Un important diagnostic a aussi été mené sur l’écoulement des eaux. Là encore leur gestion est à l’origine de plusieurs dégradations. “Les tuiles anciennes sont récupérées au maximum selon leur état“, ajoute l’architecte, qui suit un cahier des charges induisant une reconstruction à l’identique. Du moins de l’extérieur. À l’intérieur, les panneaux en bois qui recouvraient jusqu’à présent les parefeuilles vont être retirés pour un résultat plus esthétique.

“On a plein de projets pour faire revivre cet espace”

On a plein de projets pour faire revivre cet espace (où était autrefois exposées des robes, ndlr). Pour des rendez-vous culturels, des expositions, des colloques…“, indique Gustave Viennet. La conseillère régionale villeneuvoise, Monique Novaretti, est ravie de voir le chantier débuter dans ce lieu remarquable, notamment pour les peintures murales d’Émile Bernard. Mais aussi pour les majestueux plafonds à voûtes plates réalisés par Pierre II Mignard, architecte du roi Louis XIV, puis par Jean-Ange Brun. “Pour la Région, cet endroit est un site majeur du renouveau artistique. En Occitanie, il y a 5 000 monuments historiques“, rappelle la conseillère.

Les travaux devraient terminer en avril 2022, en espérant que le vent ne se lève pas trop souvent. Au-delà de 50 km/h, impossible de faire fonctionner la grue. (photo S.d.C)

Pascal Crépin, conseiller municipal villeneuvois délégué au Patrimoine, a salué aussi “cet engagement fort de tous les partenaires” dans une volonté de transmission et de partage. Et ce, l’année où l’on célèbre les 25 ans de la Fondation du patrimoine, qui porte la campagne de mécénat en ligne de l’abbaye. “Il faut savoir que quand vous donnez 1€ pour le patrimoine, il y a en moyenne 21€ de retombées économiques, avec les travaux, les activités touristiques… C’est un vrai moteur économique de restaurer le patrimoine“, conclut Pascal Crépin. L’abbaye Saint-André compte donc sur tous les généreux donateurs particuliers ou entreprises pour atteindre l’ambitieux objectif de 120 000€ de mécénat.

Marie Meunier

Vous pouvez donner pour contribuer à la restauration de l’abbaye Saint-André en cliquant ici.

Cet article FAIT DU SOIR L’Abbaye Saint-André a besoin de mécènes pour sa restauration est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author