FAIT DU SOIR Feria, Nîmes Olympique, vaccination… Le maire Jean-Paul Fournier fait sa rentrée

Le maire de Nîmes, ce jeudi, à la mairie (Photo : Coralie Mollaret)

C’est un Nîmois reposé qui a repris son activité à la mairie. Jean-Paul Fournier a rouvert plusieurs dossiers : reconstruction du stade de Nîmes olympique, fouilles pour le futur Palais des congrès, déménagement du centre de vaccination… Lundi, la municipalité s’entretient avec la préfecture au sujet de la feria des vendanges.

Objectif Gard : Comment se passe votre rentrée ? 

Jean-Paul Fournier : J’ai repris officiellement mardi matin. Les vacances se sont bien passées, je me suis reposé en famille. Je suis allé en Grèce, sur la Côte d’Azur avant de retourner en Espagne. Pour le moment en mairie, le rythme est calme. J’ai rencontré les joueurs de handball médaillés d’or : Michaël Guigou et Rémi Desbonnet. Avec mon gendre, je n’ai raté aucun match de la France aux Jeux olympiques. Et puis, j’ai reçu hier une Parisienne de passage qui a été la 500 000e personne à visiter le musée de la romanité. D’ailleurs la saison touristique a été très bonne cette année.

Qu’avez-vous prévu ces prochains jours ? 

Ce soir, je vais à la course libre dans les arènes. Demain, j’assisterai au match amical de rugby Toulon-Toulouse au stade Kaufmann. L’affiche est belle, ce sont deux grands clubs du Top 14 et 4 000 spectateurs sont attendus. Samedi, j’irai au match du Nîmes Olympique face à Caen. Notre équipe a fait un très bon début de saison avec des victoires contre Valenciennes et Dunkerque.

Nîmes Olympique : « On aurait pu laisser
les places au même prix » 

En parlant de foot, certains supporters ne sont pas contents de la hausse des tarifs… 

J’ai vu… Pourquoi avoir augmenté alors que le club est descendu ? On aurait pu les laisser au même prix. Je trouve le prix un peu abusif, mais c’est Rani Assaf le président…  

En parlant de lui, où en est le projet de reconstruction du stade de Nîmes Olympique ? 

C’est Nîmes Olympique qui gère ce dossier avec l’État. La Ville est simplement partie prenante. On va avoir les fouilles, pour un montant de 3 millions d’euros, sur le site du stade provisoire où le cirque Muller s’était installé. D’ailleurs, ils l’ont laissé relativement propre (rires) ! La consultation publique autour du projet va commencer. Le permis de construire pour le stade provisoire a été déposé. En principe, il doit être fini pour la saison 2022-2023. Quant à la Ville, elle s’occupera de la halle des sports qui accueillera les associations logées dans le stade voué à être démoli.

Quels autres dossiers occupent votre rentrée ? 

Le Palais des congrès pour lequel les fouilles dureront six mois. On ne commencera pas le chantier avant le milieu de l’an prochain. Nous voulons aussi refaire le stade du Chemin-Bas, mais les habitants et associations n’arrivent pas à se mettre d’accord ! Pendant les vacances, nous avons fait pas mal de travaux dans les écoles ainsi que sur les voiries comme la rue Fresque, celle de l’Étoile. On a commencé de gros travaux sur le chemin de La Planette pour plus de 500 000€. On va également refaire la rue Auguste pour avoir une belle perspective de la Maison Carrée depuis le square de la Bouquerie. On aimerait présenter le dossier à l’Unesco l’an prochain.

Concernant le Palais des congrès, avez-vous fait des demandes de subventions à vos partenaires ? 

J’ai demandé 10 M€ à la présidente du Conseil départemental, Françoise Laurent-Perrigot. Je vais aussi demander 10 M€ à l’Agglo et à la Région. Pour le Musée de la Romanité, j’avais demandé 5 M€ à Nîmes Métropole (et à son président de l’époque Yvan Lachaud, ndlr). D’ailleurs, j’ai fait voter la délibération, j’aurai pu demander plus.

Quels sont vos rapports avec la présidente du Conseil départemental, Françoise Laurent-Perrigot ? 

Eh bien, il va falloir que l’on se voit. J’attends une collaboration étroite dans les mois à venir sur plusieurs dossiers, notamment sur des ronds-points de la route de Sauve pour notre projet immobilier Védelin ainsi que pour la création du Mas des Lombard. C’est une grosse opération de 1 200 logements.

Avec la préfecture, quels sont vos dossiers en cours ? 

Nous n’avons toujours pas signé la convention pour le renouvellement urbain. J’espère que ça va se faire à l’automne. Concernant notre centre de vaccination, il a bien marché avec environ 200 000 injections. Le 18 septembre, on le transférera aux Costières avec les tests Covid. La Ville s’est beaucoup investie, entre 250 000€ et 350 000€ par mois (équipement, personnel…). Pour l’instant, l’État ne nous a pas aidés. Enfin, il y a le dossier de la Feria des vendanges qui doit démarrer le 15 septembre. La Ville a donné son dossier comprenant le maintien de la pégoulade, des abrivado, des bodegas… Lundi, nous avons une réunion sur le sujet.

« Thierry Procida ? Il n’a plus grand chose
à se mettre sous la dent… »

Un mot plus politique, la Présidentielle est dans huit mois, le 10 avril 2022. À Droite, il y a beaucoup de candidats… Qui a votre préférence ? 

Pour l’instant, je n’ai pas tellement de préférence. Xavier Bertrand s’est mis hors circuit d’une primaire interne. Valérie Pécresse en a beaucoup envie, mais je ne sais pas si ça peut se faire… Je crois en Laurent Wauquiez, président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes ou en Michel Barnier, le négociateur du Brexit. Ce type aime la France et a été ministre plusieurs fois. On va attendre qu’ils se mettent d’accord. D’ailleurs Nîmes organise, les 8 et 9 septembre, les Journées parlementaires des députés avec près de 105 élus !

Au niveau local, avez-vous des nouvelles de l’ancien conseiller départemental Thierry Procida ? 

Aucune. Vous en avez, vous ? Maintenant, il n’a plus grand chose à se mettre sous la dent…

À la mairie, le communiste Vincent Bouget est votre principal opposant. Lui vient, en revanche, d’être élu au Département… 

Oui. J’ai vu qu’il avait commenté le numéro 30 du maillot de Messi au PSG. Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Il réagit un peu sur tout. Moi, il ne m’impressionne pas beaucoup. Il est comme Christian Bastid, communiste, élu à la Ville et au Département.

Enfin, qu’attendez-vous de votre protégé et premier adjoint, Julien Plantier, qui vient également d’être élu au Département ? 

Qu’il fasse son expérience. Seulement, dans l’opposition ce n’est pas facile, on ne peut pas faire grand-chose. J’ai été conseiller départemental pendant 20 ans, je l’ai bien vu.

Propos recueillis par Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Cet article FAIT DU SOIR Feria, Nîmes Olympique, vaccination… Le maire Jean-Paul Fournier fait sa rentrée est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author