FAIT DU SOIR Benjamin Bonzi, Carole Monnet, Robin Bertrand : trois gardois à Roland-Garros ?

Benjamin Bonzi est le meilleur tennisman gardois actuel. (Photo FFT)

Ce lundi débutent les qualifications de Roland-Garros. Une étape par laquelle doit passer l’Alésienne Carole Monnet. Dans une semaine, ce sera au tour de l’Anduzien Benjamin Bonzi d’entrer en lice, directement dans le tableau principal. Enfin, grand espoir du tennis tricolore, Robin Bertrand est toujours dans l’attente d’une invitation pour le tournoi junior. L’officialisation doit intervenir dans les prochains jours. Portraits de ces trois Gardois avant les premiers échanges de balles. 

Carole Monnet, 19 ans et 381e mondiale

Carole Monnet s’entraîne sur les courts du Tennis Alès Cévennes. (Photo Corentin Migoule)
Elle sera la première représentante du département à entrer en lice. Française d’origine ukrainienne, adoptée par un couple toulousain dès l’âge de deux ans, Carole Monnet était prédisposée à une carrière de haut niveau dans l’athlétisme. C’est finalement vers le tennis qu’elle a rapidement bifurqué sous la houlette de celui qui est son entraîneur depuis plus de 10 ans, Hervé Romain. Ce dernier croit dur comme fer au potentiel de sa joueuse qui, à 19 ans, vient d’atteindre le 381e rang mondial au terme d’une ascension fulgurante.
L’ancienne numéro 1 europeénne dans la catégorie U16 jouit d’un excellent coup droit et d’un service redoutable. Des qualités qui, associées à un physique “Nadalien”, font d’elle une promesse du tennis français. Sans se mettre “la pression du résultat” en tentant simplement d’être “meilleure chaque soir au coucher” qu’elle ne l’était le matin même, Carole Monnet s’entraîne à la dure pour répondre à l’exigence de son coach.
Installée depuis 2017 à la Vernarède, petite localité cévenole, la jeune femme a officiellement obtenu sa wild-card pour les qualifications de Roland-Garros. Pour préparer ce rendez-vous Porte d’Auteuil qui va débuter dans quelques jours, la 16e joueuse française s’est longuement exercée sur les courts “d’excellente qualité” du Tennis Alès Cévennes. Parce qu’elle voulait mettre toutes les chances de son côté pour performer durant la saison sur les courts ocres, Carole Monnet s’est même octroyée un séjour de deux mois en Amérique du Sud au début de l’année car “ceux qui marchent fort à Roland sont souvent ceux qui ont s’y sont entraînés dur”.
Fan de Djokovic et de Serena Williams, celle qui dit apprécier “la folie” de Benoit Paire tentera de faire mieux que l’an dernier où elle s’était arrêtée au deuxième tour des qualifications. La retrouver dans le tableau principal de Roland Garros serait néanmoins un authentique exploit. Trois victoires contre des joueuses probablement toutes mieux classées qu’elle sont pour cela nécessaire la semaine prochaine. Premier défi ce lundi après-midi contre contre la Bulgare Isabella Shinikova, 216e à la WTA.

Benjamin Bonzi, 24 ans, 115e mondial

En coup droit comme en revers, Benjamin Bonzi est un métronome. [Photo via MaxPPP]

Le parcours de Benjamin Bonzi est celui d’une renaissance. Vainqueur de Daniil Medvedev, qui est aujourd’hui numéro 2 mondial, au premier tour de Roland-Garros en 2017, l’Anduzien faisait partie des espoirs du tennis français avant d’être plombé par les blessures. En manque de confiance et de repères, le Gardois est retombé au-delà de la 350e place mondiale alors qu’il avait atteint le top 200 à seulement 21 ans. À l’aube de la saison 2020, il fait un choix fort va rebattre les cartes en prenant la direction de Marseille. “J’ai décidé de partir de Toulouse où je m’entrainais depuis six ans et où tout se passait bien, explique-t-il. J’avais besoin de changer tous mes repères pour me relancer. Je me suis mis en danger.” 

Avec succès. Après un très bon début de saison, Benjamin Bonzi réussit le parcours du combattant des qualifications et atteint à nouveau les 32e de finale de Roland-Garros l’an passé. Depuis, rien ne semble pouvoir freiner sa progression. En 2021, le Gardois a remporté ses deux premiers titres en Challenger, dont le dernier sur la terre battue d’Ostrava, début mai. Le voilà 115e mondial mais surtout 51e – et troisième français – à la Race, le classement qui ne tient compte que des tournois de l’année en cours.

Échouant à quelques places du “cut” qui lui aurait assuré une qualification d’office pour le tableau principal de Roland Garros, Benjamin Bonzi a logiquement été invité par les organisateurs. Joueur complet sans véritable point faible, il rêve désormais d’atteindre les 16e de finale du tournoi et d’améliorer ainsi son meilleur résultat en carrière. On devrait en savoir un peu plus sur ses chances d’y parvenir après le tirage au sort prévu ce jeudi.

Robin Bertrand,  18 ans, 75e mondial junior

Robin Bertrand rêve lui aussi de briller sur l’ocre parisien. (Photo Boris Boutet)

Un troisième gardois pourrait bien s’inviter à la fête début juin. Il s’agit de Robin Bertrand, tout juste 18 ans et pensionnaire du tennis club des Hauts de Nîmes. Vainqueur de la Coupe de France chez les 15/16 ans en 2019, le jeune homme poursuit depuis sa progression et se rapproche peu à peu du gratin mondial. “J’ai commencé le tennis à 9 ans, un âge où les meilleurs sont déjà des joueurs confirmés”, explique-t-il.

Avec son petit gabarit (1,78m, 65 kgs), le jeune tennisman s’appuie surtout sur ses frappes sèches du fond du court. “Il a la puissance d’un adulte dans le corps d’un enfant”, image son père Renaud, ancien sparring-partner de la joueuse professionnelle Virginie Razzano. Surtout selon son coach, Pascal Courtois, “il dispose d’une marge de progression énorme par rapport aux joueurs de son âge.” 

Depuis le début de la saison 2021, Robin Bertrand alterne entre les tournois juniors du plus haut niveau international et les matches en Future, le premier échelon du circuit professionnel. “Il a remporté un point ATP en janvier et figure autour de la 2 000e place”, indique son entraîneur. Passé  tout proche d’une entrée directe dans le tableau junior, il devrait selon toute vraisemblance obtenir une invitation cette semaine pour faire ses grands débuts à Roland Garros. Avant de basculer sur le tournoi messieurs dans quelques années ?

Corentin Migoule et Boris Boutet

Cet article FAIT DU SOIR Benjamin Bonzi, Carole Monnet, Robin Bertrand : trois gardois à Roland-Garros ? est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author