FAIT DU SOIR Avec le festival Ludîmes, le jeu de société passe avant tout !

Ludîmes, le festival jeux de société à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Place au jeu avec le deuxième festival du jeu de société à Nîmes. Les parties auront lieu les 6 et 7 novembre prochains dans quatre lieux de la ville. Ce festival est l’occasion de passer un bon moment en famille, entre amis et même seul. Ici, pas de virtuel, ni de numérique. Juste du jeu pur et sans fioritures.

Pourquoi le jeu de société ? Parce que les gens doivent renouer avec un niveau de sociabilité plus important que celui qu’ils connaissent actuellement. Sortons du virtuel, de l’invisible, de la crise sanitaire, pour nous retrouver entre humains, entre nous, avec nos forces et nos faiblesses autour d’une table pour jouer. Quel plaisir !

Avec de plus en plus de partenaires, le festival prend de l’ampleur. Mais comment a débuté l’histoire ? “C’était en 2018, l’idée m’est venue de réunir des passionnés de jeux de société alors j’ai fait appel à l’association Un pion c’est tout et à la boutique Janîmes. 200 personnes étaient venues, j’avais trouvé l’ambiance géniale, conviviale et intergénérationnelle, nous étions sur un petit nuage alors ça a donné l’impulsion pour organiser un vrai festival“, explique Paul Gudicelli, gérant du magasin La Cité.

L’année d’après, c’est au Novotel Atria que le festival prend ses quartiers. Un millier de personnes y vient et les gens s’emballent quant à l’idée de jouer différemment. L’entrée est évidemment libre et gratuite, comme cela sera le cas cette année, pour la deuxième édition pleine. En plus de l’Atria, trois autres lieux parsèmeront leur envier de jouer ailleurs en centre-ville et, en tout, une quarantaine d’animateurs aiguillera le visiteur si le besoin s’en fait ressentir.

Patrice Bouterin, Emmanuel Andrieu et Paul Gudicelli (Photo Anthony Maurin).

Le centre revit enfin et s’ouvre à nouveau à un public en quête de détente grâce à La Coupole. “Ils sont dynamiques, ils ont tout compris au commerce et à l’intérêt de recevoir des gens pour ce festival. La Fnac et Nature & Découverte vont mettre des plateaux de jeu le samedi entre 10h et 18h au coeur du centre commercial. Des animateurs seront là pour expliquer les règles et veiller au bon déroulement des parties. L’essentiel, c’est que chacun des quatre lieux soit autonome“, poursuit Paul Gudicelli.

Autre lieu, le Columbus café de l’Esplanade le samedi de 10h à 18h. Au premier étage seront mis plus de 12 jeux de société fournis par l’association Un pion c’est tout. Là aussi tous seront accessibles, il y aura des jeux de stratégie, abstraits, des jeux de société modernes et un animateur sera lui aussi présent pour assurer une veille. “Ils pensent même à caler des tables à jeux tout au long de l’année, Nîmes n’a plus aucun bar où l’on peut jouer en se restaurant“, note Patrice Bouterin, de l’association Un pion c’est tout.

Rester en centre-ville, un défi ?

Carré d’Art sera un lieu tout nouveau. “On les a cherchés pendant longtemps, ce fut difficile puis nous avons rencontré la bonne personne, Alexandre Moreigne, qui a été adorable et qui a compris le truc. Avec leur ludothèque, il était logique de les intégrer au festival, c’est le temple de la culture à Nîmes !“, ajoute Paul Gudicelli. Les jeux seront placés dans le vaste hall d’entrée le samedi de 10h à 18h.

(Photo Anthony Maurin).

Organiser un festival de jeux de société en coeur de ville, en période où les distanciations sont presque oubliées, ça fait chaud au coeur mais cela impose de nombreux autres problèmes. Pour les organisateurs : “Nous voulons rester en centre-ville, c’est important pour nous mais nous avons forcément des problèmes avec l’espace. Pour l’année prochaine, nous pensons déjà avoir quelques commerçants afin qu’ils accueillent dans leur boutique une table de jeu. Idem pour l’université de Nîmes à Vauban, nous sommes certains que ce festival peut et va s’enraciner à Nîmes“.

En tout, sur les quatre sites, c’est une centaine de jeux qui sera accessible. Mais c’est l’Atria, samedi de 10h à 22h et dimanche de 10h à 18h, qui décroche le pompon. Il faut dire que les 800m² cédés par l’hôtel (qui a aussi offert les chambres aux créateurs de jeux qui viendront) aux joueurs aident beaucoup. Le public pourra également se restaurer sur place avec L’Atelier du sandwich et ainsi passer toute la journée à jouer sans s’arrêter.

Des espaces et des jeux pour tout le monde

Plusieurs espaces seront donc accessibles. Une partie “Enfance” (3 à 6 ans) et une autre “Enfance +” (5 à 8 ans) seront plutôt à destination d’un jeune public. L’espace “Famille” aura quant à lui 35 jeux et l’espace “Famille +” sera l’espace tourné vers un public un peu plus averti. Deux tables de jeux de rôle avec l’Asso du Manoir et deux autres tables de jeux à figurines combleront une autre attente. Enfin, l’espace “Experts” offrira un joli panorama des jeux les plus complexes, équilibrés mais bigrement tordus du moment comme Brass Birmingham par exemple.

L’entrée de l’Atria (Photo Anthony Maurin).

Tous les jeux présentés à l’Atria sont récemment sortis, voire pas encore commercialisés. Une excellente phase de test pour les créateurs comme Florian Siriex, Stéphane Anquetil, Jean-Christophe Bouvier ou Alexandre Seba qui seront présents pour l’occasion. “En France, nous sommes très prolifiques en matière de jeux de société ! Nous sommes même passés devant les Allemands… Nous avons quelques Languedociens ou Provençaux qui se distinguent“, relève Emmanuel Andrieu.

Deux espaces de vente seront mis en place à l’Atria et les curieux ou amoureux pourront ainsi acheter leurs jeux préférés (pensez à Noël qui approche) pour renouveler les parties endiablés à la maison ou entre amis. Une tombola sera tirée et permettra aux participants de gagner des Fédébons offerts par la CCI30 ou une quartaine de jeux de société mis en loterie.

Cet article FAIT DU SOIR Avec le festival Ludîmes, le jeu de société passe avant tout ! est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author