FAIT DU SOIR 32e édition du Festival Flamenco de Nîmes : tradition, présent et avenir ne font qu’un

En toute logique, la 32e édition du Festival Flamenco de Nîmes devrait avoir lieu du 13 au 22 janvier 2022. En toute logique car, pour ceux qui s’en souviennent, l’événement qui devait se tenir en début d’année avait été annulé quatre jours avant son lancement à cause du contexte sanitaire. Mais restons optimistes et croisons les doigts pour feuilleter cette nouvelle programmation.

S’il fallait prouver l’importance de ce festival dans le paysage culturel nîmois, une seule image de l’imposante assemblée réunie ce lundi au théâtre Bernadette-Lafont à Nîmes, suffirait. Un engouement “réconfortant” pour François Noël, encore ému par le souvenir de l’annulation, à la dernière minute, de l’édition 2021. “Après ce coup dur, présenter celle-là – la 32e édition du Festival Flamenco, Ndlr – n’a que plus de valeur et de joie“, a-t-il introduit lors de la conférence de presse organisée pour la présentation de la programmation.

Chema Blanco, conseiller flamenco pour le festival nîmois et François Noël, directeur du Théâtre de Nîmes. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Une liste de quatorze spectacles du 13 au 22 janvier, auxquels s’ajoutent des rencontres d’écrivains, d’artistes, une exposition au Carré d’Art, une séance de cinéma au Sémaphore ainsi qu’un master class. “Ça n’a jamais été une option de reporter l’intégralité de la programmation de la 31e édition, mis à part deux ou trois spectacles qui nous semblaient indispensables“, a précisé le directeur du Théâtre de Nîmes, organisateur de l’événement, aux côtés de Frédéric Pastor, adjoint au maire de Nîmes délégué aux Festivités et à la Tauromachie, remplaçant l’élue en charge de la Culture, Sophie Roulle.

Rocio Molina (Photo : : Óscar Romero).

La présentation de l’ensemble des spectacles a été confiée à Chema Blanco, conseiller flamenco de l’institution nîmoise, récemment nommé directeur de la biennale de flamenco de Séville. La programmation de cette nouvelle édition célèbre, dans un parfait équilibre le flamenco traditionnel, le contemporain et “offre quelques pistes vers l’avenir“, assure François Noël. Parmi les propositions remarquables détaillées par Chema Blanco, Al Fondo Riela (lo otro del Uno) par la chorégraphe incontournable de la scène flamenca actuelle, Rocio Molina. Ce spectacle, le deuxième volet du projet Trilogia sobre la guitarra, ouvrira le festival le jeudi 13 janvier, à la salle Bernadette-Lafont.

Yinka Esi Graves – The Disappearing Act (Photo : Miguel Angel Rosales)

Le samedi 15 janvier, le public, installé dans la salle de l’Odéon, découvrira la première création solo de la danseuse flamenca d’origine britannique, Yinka Esi Graves, The Disapearing Act. Un solo brut et dénudé, une pièce combinant danse, musique live et texte pour explorer l’articulation entre résistance et invisibilité déployée par la femme noire dans la diaspora. “Dans son corps, c’est l’Afrique, commente Chema Blanco. C’est admirable à regarder. J’ai pu voir quelques répétitions, c’est un univers très intéressant qu’elle a construit.

Cette jeune artiste en devenir sera accueillie en résidence par le Théâtre de Nîmes. “Parce que nous sommes engagés dans la production et dans la création, nous avons pris le parti de présenter des travaux en cours d’artistes en résidence. C’est une nouvelle orientation de ce festival mais avec toujours cette volonté de conserver son identité qui allie tradition et modernité“, ajoute François Noël. Yinka Esi Graves figure également à l’affiche d’une première internationale, le spectacle Los cuerpos celestes de Marco Vargas et Chloé Brûlé, programmé le mercredi 19 janvier.

María Marín. (Photo : Junio)

Sans avoir à défendre ou justifier leur place voisine d’artistes émérites – Pedro El Granaino, les danseurs du Ballet Flamenco de Andalucia ou encore Inès Bacán – dans cette programmation, la nouvelle génération du flamenco compte de brillantes étoiles montantes. Parmi elles, la chanteuse et guitariste María Marín, la danseuse María Moreno ou encore les soeurs jumelles interprètes de Antipodas, Florencia la danseuse et Isidora la musicienne.(*)

Un jour spécial, une expérience

Le vendredi 21 janvier est un jour un peu spécial avec trois propositions de flamenco – chant, danse et musique électronique – très différentes réunies dans un même lieu, sourit Chema Blanco. Nous avons privilégié la salle de l’Odéon qui est un petit espace pour offrir aux spectateurs une expérience plus organique du flamenco. C’est une première, on verra ce que ça provoquera chez eux.” Leonor Leal et Antonio Moreno seront les premiers à investir la scène, suivis de Rocio Marquez et le duo RomeroMartin. Le lendemain et pour clôturer ce festival, le Théâtre de Nîmes donnera carte blanche au talentueux guitariste Dani de Moron.

Stéphanie Marin

*Ouverture de la billetterie et diffusion du programme complet sur le site du Théâtre de Nîmes dès ce mardi 23 novembre 11 heures

 

Cet article FAIT DU SOIR 32e édition du Festival Flamenco de Nîmes : tradition, présent et avenir ne font qu’un est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author