BEAUCAIRE Site patrimonial remarquable : quatre ans d’étude, mais pour quoi faire ?

La révision du plan de sauvegarde et de mise en valeur du site patrimonial de Beaucaire va pouvoir être lancée, avec le concours de l’État et un montant global de 722 000 euros. 

Le plan de sauvegarde et de mise en valeur – un document d’urbanisme réglementaire applicable sur le périmètre du site patrimonial remarquable – a été approuvé le 31 décembre 2001 par arrêté ministériel puis modifié le février 2008 par arrêté préfectoral. Sa révision sera lancée dans le courant de l’année 2022, pour une durée de quatre ans et sera financée à 70% par l’État et 30% par la municipalité beaucairoise. Coût total de l’opération 722 000 euros. Un dossier qui a mis du temps a émergé. Julien Sanchez, le maire Rassemblement national (RN) de Beaucaire, en a expliqué la raison lors du dernier conseil municipal du vendredi 29 octobre. “On avait délibéré sur le sujet dès 2015. Après, ce n’est pas la commune qui décide, c’est l’État. Le Gard est un des départements de France où il y a le plus de secteurs sauvegardés donc l’État ne peut pas financer tous les ans des révisions. Ça fait quatre ans qu’on se bat là-dessus, on y arrive et c’est une bonne chose.” L’une des batailles a été de convaincre l’État d’augmenter sa part de financement du projet dont le coût a largement dépassé les estimations initiales fixées à 400 000 euros.

Ceci étant acté, quels sont les enjeux de cette révision du plan de sauvegarde et de mise en valeur du site patrimonial remarquable de Beaucaire ? Il s’agit, au terme des quatre années d’étude, de définir les axes de développement et d’amélioration de la qualité de vie en centre-ville. L’une des priorités pointées du doigt par le premier édile beaucairois : les îlots fortement dégradés tels que celui des Pêcheurs, une verrue située en coeur de ville dans le secteur sauvegardé. Julien Sanchez avait d’ailleurs fait part de ce problème à la préfète du Gard, Marie-Françoise Lecaillon, sur place pour expliciter ses propos concernant l’état de dégradation avancé de cet immeuble. Un avis partagé par l’élu d’opposition Unis pour Beaucaire, Luc Perrin, qui regrette toutefois la mise en oeuvre tardive de ce PSMV et souligne “l’urgence” d’intervenir sur ces îlots “qui menacent de s’écrouler ou s’écroulent déjà et mettent en danger la population.” L’habitat, l’attractivité économique ou encore le commerce seront également des thèmes abordés lors de cette révision, mais il faudra encore patienter pour connaître les résultats.

Stéphanie Marin

Cet article BEAUCAIRE Site patrimonial remarquable : quatre ans d’étude, mais pour quoi faire ? est apparu en premier sur Objectif Gard.

About the author